icon-autonomie-dependance

icon-autonomie-dependance Nos conseils Prévoyance

Accueil/Nos conseils/Nos conseils Prévoyance

Comment être payé pour s'occuper de ses parents ?

Par IKIle 03/05/2023
4 minutes de lecture
AutonomieInfos pratiquesParticuliersPrévoyanceVie quotidienne
comment-etre-paye-pour-s-occuper-de-ses-parents

Lorsqu’un proche atteint plus de 80 ans, il connaît généralement une perte d’autonomie. En d’autres termes, il a besoin d’aide au quotidien. Certains choisissent généralement de placer leurs parents dans une maison spécialisée, ou alors de louer les soins d’un aidant à domicile. Il est toutefois important de noter que vos géniteurs se sentiront souvent plus à l’aise avec un proche. En effet, vous avez la possibilité de réduire votre activité professionnelle pour prendre soin de vos parents. Découvrez comment bénéficier d’un salaire pour vous occuper de vos parents.

En quoi consiste le statut d’aidant familial ?

Vous vous demandez certainement comment vous faire reconnaître en tant qu’aidant familial salarié. Il est toutefois important de signaler que c’est un statut qui n’existe pas à proprement parler. Généralement, un aidant familial est considéré comme un salarié qui exerce un travail auprès d’un employeur.

Cependant, la personne prise en charge doit bénéficier d’aides particulières. Il s’agit notamment de la prestation pour compensation du handicap (PCH) ou encore l’allocation personnalisée d’autonomie (APA). En tant que fils ou fille, vous pouvez facilement occuper cette fonction et obtenir un salaire pour vous occuper de vos parents. Si le gouvernement le fait, c’est certainement parce que vous allez devoir trouver votre activité professionnelle.

Comment devenir aidant familial auprès d’un proche parent ?

Comme cela a été dit plus haut, il est bel et bien possible de percevoir un salaire pour vous occuper de vos parents invalides. Cependant, il est important de respecter certaines conditions dans ce cadre :

  • Premièrement, les époux, concubins, conjoints et partenaires de PACS n’ont pas le droit de percevoir un salaire comme aidants familiaux. En fait, la loi stipule que les conjoints qu’ils soient mariés ou non doivent s’assister mutuellement. Il est donc impossible de penser à une quelconque rémunération entre conjoints ;

  • Seuls les enfants, les frères, les sœurs, les neveux et les nièces peuvent bénéficier de ce statut d’aidant familial salarié. Cependant, vous ne pouvez pas assurer cette fonction si vous n’avez pas rédigé un contrat de travail et avoir déclaré auprès des services sociaux. De cette façon, votre situation professionnelle va clairement être établie auprès des organismes sociaux et fiscaux ;

  • Les aidants familiaux ont également le droit de bénéficier d’un congé de travail de 1 an maximum. Ce dernier est fractionnable.

Prenez la peine de bien vous renseigner, car les termes du contrat d’un aidant familial salarié peuvent varier en fonction de certaines conditions.

Quelles sont les démarches pour devenir aidant familial salarié ?

Vous ne pouvez pas agir comme aidant familial salarié auprès de vos parents si vous n’avez rempli certaines obligations légales. Il s’agit :

  • D’inscrire le parent dépendant comme employeur auprès de l’URSSAF. Cette démarche se fait généralement en ligne à travers le site du Chèque emploi service universel (CESU) ;

  • Le parent devra recevoir un numéro d’immatriculation de la part de l'URSSAF, ainsi qu’un identifiant et un mot de passe. Ces derniers vont servir pour toutes les déclarations mensuelles ;

  • Une fois que le numéro d’immatriculation est arrivé, vous devez vous déclarer en tant qu’aidant familial salarié. Ce processus s’effectue toujours au niveau du CESU. Il s’agit en effet de votre déclaration d’embauche proprement dite.

Lorsque toutes les démarches pour devenir aidant familial salarié sont réunies, le parent employeur a encore à faire. En effet, chaque mois, il devra signaler le nombre d’heures effectuées par son enfant et le salaire horaire net. Ceci s’effectue sur le site du CESU.

L’aidant familial salarié aura droit à un salaire net auquel viendront s’ajouter les charges salariales et patronales prélevées par l’URSSAF. Ces dernières sont prélevées sur le compte du parent dépendant. Par ailleurs, l’employé reçoit son salaire par chèque CESU de la part de son employeur.

Est-il possible de cumuler RSA et être aidant familial ?

Bien évidemment, vous avez la possibilité de cumuler vos salaires perçus en tant qu’aidant familial et le revenu de solidarité active (RSA). Cependant, sachez que les revenus perçus en tant qu’aidant familial sont pris en compte dans le calcul du montant du RSA que vous allez obtenir.

Par ailleurs, notez que l’ensemble des salaires qui vous sont versés par un parent dépendant ou handicapé seront pris en considération par la caisse d’allocations familiales (CAF). Le but étant de calculer le montant du RSA dont vous avez droit et par les impôts afin de trouver votre impôt sur le revenu.

Combien êtes-vous payé pour vous occuper de vos parents ?

En tant qu’aidant familial pour vos parents, votre rôle est de surveiller et aider la personne dépendante au moins deux fois par semaine. En tant qu’aidant familial salarié, vous êtes rémunéré par votre parent âgé qui est considéré comme votre employeur. Raison pour laquelle il est le seul à déclarer le nombre d’heures pour lesquelles vous avez travaillé auprès du CESU de l’URSSAF.

Pour ce qui est de la rémunération proprement dite, elle est calculée sur la base d’un tarif horaire en France. Celui-ci est de 14,33 euros brut. Comme vous le savez déjà, vous ne pouvez en bénéficier que si vous vous déclarez comme aidant familial salarié. Par ailleurs, il faut souligner que votre parent âgé doit également assumer toutes les obligations liées à un employeur en France.

C’est par exemple le cas de la formalisation d’un contrat de travail et d’une fiche de paie. De plus, il est tenu de payer les cotisations sociales afférentes.

  • Quelles sont les aides financières pour rémunérer un aidant familial ?

Les aidants familiaux ont droit à leur salaire grâce à certaines aides aujourd’hui. Il s’agit par exemple de :

  • L’allocation journalière du proche aidant ou AJPA qui est délivrée par la CAF ou encore la MSA. Il suffit de s’adresser à l’un de ces organismes pour en profiter. Son montant s’élève à 58,59 euros par jour et à 29,30 euros la demi-journée ;

  • L’aide au répit qui permet de prendre du repos pendant l’accompagnement d’un parent dépendant. Cette subvention est limitée à 500 euros par an.

En plus de ces aides, vous avez également le dédommagement de l’aidant familial grâce à la PCH et les aides de l’État.

En conclusion

Comme vous pouvez le constater, il est bel et bien possible de gagner de l’argent en vous occupant de vos parents dépendants. Assurez-vous toutefois d’être déclaré comme aidant familial salarié.

N’hésitez pas à consulter la fiche prévoyance pour plus d’informations sur notre offre.