icon-autonomie-dependance

icon-autonomie-dependance Nos conseils Prévoyance santé

Accueil/Nos conseils/Nos conseils Prévoyance santé

Quel est le rôle du proche aidant : définition et responsabilités

Par IKIle 21/02/2023
4 minutes de lecture
DéfinitionParticuliersPrévoyance
definition-proche-aidant

La définition de proche aidant semble quelque peu confuse à plusieurs égards. Mais de façon générale, le proche aidant est une personne qui vient en aide à une autre qui se trouve en situation de perte d’autonomie. Cette perte d’autonomie peut être liée à un handicap ou à une affection permanente. Mais en clair, qui est vraiment le proche aidant ? Quelles sont ses caractéristiques ? Doit-on le considérer comme un professionnel de l’aide à domicile ? On vous explique tout.

Un Proche aidant : une approche définitionnelle

Qu'est-ce qu'un aidant ? On parle de proche aidant pour désigner une personne qui prend soin et vient en aide à un proche en situation de handicap ou de dépendance. Le proche aidant peut s’occuper d’une personne de son entourage de façon volontaire ou alors il peut avoir été choisi par la personne dépendante. C’est vrai qu’une certaine confusion est entretenue quant à la définition du proche aidant et sur le statut de ceux qui exercent dans ce domaine. Mais quoi qu’il en soit, ces « aidants » assistent généralement des personnes âgées en perte d’autonomie et qui sont par extension, leurs proches (voisins, amis, famille, etc). Ils les aident à accomplir des tâches essentielles du quotidien et veillent sur elles au quotidien.

En clair, cette notion a une double connotation géographique et affective envers la personne qui reçoit l’aide. On a souvent tendance à considérer le proche aidant comme l’évocation d’un statut professionnel, pourtant ce n’est que la désignation d’un fait naturel, la plupart du temps. C’est vrai que l’appui apporté à ces personnes peut être multiforme : aide psychologique, aide administrative, soutien physique à travers des courses, la toilette, la confection des repas.


Il faut savoir que dans une grande majorité des cas, les proches aidants, avant de muter vers une situation d’assistance permanente, débutent généralement par des aides ponctuelles.

Par ailleurs, comme rappelé plus haut, le proche aidant n’est pas vraiment un professionnel, ce n’est pas un aide-soignant à part entière. Il se retrouve là par la force des choses ou parce qu’il manque de ressources pour confier son proche à un véritable professionnel. Et très souvent, l’aidant finit par atteindre une fatigue physique et psychologique qui peut mettre à mal sa stabilité et sa santé, et par conséquent dégrader sa relation avec l’aidé. Il revient donc au proche aidant d’être plus équilibré entre vie professionnelle, vie personnes et activité d’aide à domicile, pour éviter des situations inconfortables. 

C’est qui l’aidant professionnel ?

À la différence du proche aidant, l’aidant professionnel est une personne formée, voire diplômée dans les métiers d’aide à domicile ou d’aide-soignant. Son travail se fait quotidiennement au domicile de l’aidé, il doit, entre autres s’assurer que ce dernier y soit maintenu, tout en l’aidant dans ses tâches du quotidien. De façon concrète, il est chargé de :

  • Préparer le repas ; 

  • L’aider à se mouvoir (se lever, se déplacer ou se coucher) ; 

  • Prendre soin du cadre de vie de l’aidé ; 

  • L’accompagner pour ses sorties ; 

  • L’assister sur ses démarches administratives ; 

  • Veiller sur lui la nuit ; 

  • Servir de stimulateur cognitif.

En clair, les aidants professionnels se trouvent dans les catégories des infirmières à domicile, des travailleurs sociaux, des assistants de vie, des auxiliaires de vie, des gardes à domicile, des aide-ménagères… Leur mission n’entre pas forcément en conflit avec celle de proche aidant. Leurs interventions sont très souvent espacées en fonction de la disponibilité de l’aidante familiale ou de l’aidant naturel. 

Aidant naturel et aidant familial : la différence

La première chose à savoir c’est que le proche aidant ou l’aidante familiale et l’aidant naturel constituent des statuts non professionnels. Ils interviennent en fonction des besoins d’un proche qui est dans un état de perte d’autonomie. En revanche, un proche aidant se distingue d’un aidant naturel.

Statut de l’aidant familial 

Peut être aidant familial :  

  • Le conjoint ; 

  • Le concubin ; 

  • Le partenaire pacsé ; 

  • Un ascendant (parents, grands-parents…) ; 

  • Un descendant (enfants, petits-enfants…) ; 

  • Un collatéral : la désignation peut aller jusqu’au 4ème degré (frères, sœurs, neveux…) ; 

  • Toute personne proche et entretenant des liens stables avec l’aidé.  

L’assistance apportée par l’aide familiale est purement non professionnelle. 

Statut de l’aidant naturel 

Dans le cas d’un aidant naturel, l’aidé est celui qui porte son dévolu sur celui ou celle qu’il veut à ses côtés pour l’accompagner et l’assister au quotidien. En clair, l’aidant naturel est désigné par la personne dans le besoin. En revanche, l’aidant naturel est une personne qui subit une formation de la part des professionnels des métiers de la santé. Cet apprentissage est indicatif, uniquement dans le but de leur permettre de mener à bien leur mission, en ayant les prérequis. Ils sont donc mieux outillés dans la pratique de certains gestes d’assistance à la personne aidée

Quelle est la situation de l’aidant familial ?

Littéralement, l’aidant familial est une personne qui partage avec l’aidé des liens familiaux. En revanche, l’aidant naturel ou le proche aidant est issu directement de l’entourage de l’aidé, ce qui est considéré ici c’est la proximité géographique (amis, voisins…). Par ailleurs, le lien de l’aidant familial avec l’aidé est purement affectif, ce qui dans la plupart des cas fait de lui un non-salarié, sauf si la personne dépendante le décide. 

Comment devenir un proche aidant ?

Le statut du proche aidant n’est pas clairement défini, un flou persiste à ce sujet. Alors, il ne faut rien en particulier pour être un proche aidant, pas forcément de constitution de dossier, de justificatif à fournir, de questionnaire à remplir ou de démarche administrative à entreprendre. Toutefois, la loi reconnaît partiellement le proche aidant quand elle mentionne la société du vieillissement. Elle prévoit le congé du proche aidant et l’aide au répit

Quelles sont les aides pour les proches aidants ?

Si les proches aidants ne sont pas forcément rémunérés, il bénéficie en revanche des aides : 

Une allocation journalière  

C’est en quelque sorte un revenu de remplacement que peut bénéficier un aidant qui prend soin d’une personne en perte d’autonomie. Depuis ce 1er janvier, cette allocation s’élève à 58,59 euros par jour. 

L’aide au répit 

Il s’agit ici pour les proches aidants des aidés bénéficiant de l’APA de pouvoir se reposer ou de trouver du temps pour financer des solutions d’aides alternatives. 

Les aides fiscales 

Comme aides fiscales, le proche aidant profite des aides fiscales au cas où il héberge de façon permanente l’aidé chez lui ou s’il contribue à payer ses frais en EHPAD.  



N’hésitez pas à consulter la fiche
Assurance autonomie / dépendance pour plus d’informations sur notre offre.

Conclusion

Les proches aidants jouent un rôle très important dans le bien-être et la qualité de vie des personnes qu'ils assistent. Leur dévouement et leur soutien contribuent à maintenir l'autonomie et la dignité des bénéficiaires. En offrant une assistance précieuse au quotidien, les proches aidants permettent à leurs proches de continuer à vivre dans un environnement familier et à maintenir une certaine qualité de vie malgré les défis auxquels ils peuvent être confrontés.